Guaranteed Time Observations (GTO)

Approximately 16% of the observing time over the first three cycles will be allocated to Guaranteed Time Observers, including the Principal Investigators of the four science instruments, the U.S. MIRI Science Lead and Science Team members and the six Interdisciplinary Scientists (IDS) and the Telescope Scientists. Those GTOs are preparing their Cycle 1 proposals for submission on April 1 2017, and the final list of observations will be released to the community by June 15 2017. those observations may not be duplicated without a clear scientific justification by subsequent proposals submitted in response to either the Director’s discretionary Early Release Science (DD ERS) Call or the Cycle 1 General Observer Call.The individual documents collected here have been provided by the GTOs as a preliminary guide to the community regarding the science projects and celestial targets included in the Cycle 1 program.

JWST Guaranteed Time Observers:

  • NIRCam PI (900 hours): Marcia Rieke
  • NIRSpec team (900 hours): Pierre Ferruit (PI)
  • US MIRI Science Lead (210 hours): George Rieke
  • US MIRI Science Teams members (3×60 hours) : Tom Greene, Margaret Meixner, Mike Ressler [60 hours]
  • US STScI Scientists (5×12 hours): Christine Chen, Scott Friedman, Karl Gordon, Dean Hines, Alberto Noriega-Crespo [12 hours]
  • European MIRI team (450 hours): Gillian Wright (PI)
  • FGS/NIRISS team (450 hours): René Doyon (PI)
  • U.S. Telescope Scientist (210 hours): Matt Mountain
  • Interdisciplinary Scientists (6 x 110 hours) : Heidi Hammel, Simon Lilly, Jonathan Lunine, Mark McCaughrean, Massimo Stiavelli, Rogier Windhorst.

    As specified in NASA Policy 9, the total GTO allocation of 4020 hours will be utilised over the first 30 months following the commissioning phase. The sum total of all GTO time must be between 25% and 49% of the total time observing time for GTOs and GOs in Cycle 1.

 

Publié dans Expertise-news

Le Temps Garanti (GTO)

Du temps d’observation (GTO – Guaranteed Time Observations) est attribué à des individus ou des équipes qui ont construits des instruments, délivré des composants électroniques, des logiciels, ou fait profiter le projet de leurs compétences techniques ou interdisciplinaires. Parmi les personnes qui bénéficieront de temps garanti, on trouve en particulier les responsables de chacun des 4 instruments (Principal Investigators – PIs). Les programmes conduits dans ce cadre utiliseront environ 16% du temps total d’observation du JWST au cours des trois premiers cycles de son opération. Un temps total de 4020 heures pour les programmes GTO sera utilisé durant les premiers 30 mois qui suivront la phase de recette en vol. Pour le cycle 1, le total du temps consacré aux programmes GTO et aux observations classiques (General Observing Time – GO) doit être entre 25% et 49% du temps d’observation.

Une description complète de chacun de ces programmes GTO pour le premier cycle d’observation devait être soumise le 1er avril 2017. Cette description devait inclure la liste des sources à observer et les instruments et techniques d’observation qui seront utilisés. La description de ces programmes sera rendue publique le 15 juin 2017. Les observations GTO ne pourront en aucun cas être dupliquées (sans une justification scientifique claire et rigoureuse) par des observations ERS ou GO.

Les détails des outils utilisés pour la préparation de chacun des programmes GTO seront analysés par un comité d’experts techniques entre le 28 juillet et le 15 septembre 2017. Le programme devra être finalisé au moins 2 mois avant que ne soit émis l’appel d’offre pour les observations GO pendant le cycle 1 (mars 2018). Les informations techniques (en particulier la description du déroulement des observations (Astronomer Proposal Tool, APT) seront rendues publiques le 15 décembre 2017.

Les équipes ayant travaillé sur l’instrument NIRCam, construit par l’université d’Arizona à Tucson disposeront de 900 heures de temps garanti, de même que celles ayant contribué à la réalisation de l’instrument NIRSPEC, construit par l’Agence Spatiale Européenne. Les équipes Canadiennes responsables des instruments FGS/NIRISS bénéficieront de 450 heures. Six scientifiques interdisciplinaires ayant contribué activement au projet recevront chacun 110 heures, et 5 chercheurs/ingénieurs de l’Institut Scientifique du Télescope Spatial à Baltimore (STScI) qui ont la charge des opérations et de la calibration des instruments du JWST auront chacun 12 heures d’observations garanties. Enfin, le directeur du STScI disposera de 210 heures qu’il distribuera entre les scientifiques US en charge du télescope.

Le cas de MIRI est un peu particulier, puisque c’est un instrument construit à la fois par un consortium Européen et par les US (Jet Propulsion Laboratory – JPL, à Pasadena, Californie). Ainsi, le leader scientifique US bénéficiera de 210 hours de temps garanti, et les 3 membres principaux de l’équipe scientifique MIRI-US hériteront chacun de 60 heures d’observations.

Le consortium Européen qui a réalisé l’instrument MIRI disposera quant à lui de 450 heures de temps garanti, qui seront réparties dans plusieurs programmes qui pourront utiliser d’autres instruments que MIRI (essentiellement NIRCAM et NIRSPEC): galaxies lointaines, galaxies proches, exo-planètes, disques proto-planétaires, supernovae, chimie du milieu interstellaire…

Publié dans Actualités

Demande d’observations générales

Le premier appel pour les demandes d’observation dans le cadre des Observations Générales (GO) sera émis en mars 2018.

Publié dans Actualités

Programmes ERS (Early Science Release)

Le Directeur du STScI (Space Telescope Science Institute) à Baltimore a lancé en janvier 2017 un appel pour recevoir les lettres d’intention pour les programmes ERS (Early Science Release). Celles-ci étaient dues au 3 mars 2017; les propositions finales seront soumises le 18 aout 2017 au plus tard, et le résultats de la sélection sera rendue publique en décembre 2017 (voir dans la rubrique Centre d’Expertise).
Environ 15 équipes se partageront 500 heures d’observation pour ces programmes. Ceux-ci seront sélectionnés en fonction de leur pertinence dans les thèmes de recherche principaux du JWST: la détection des premières lueurs de l’univers et l’époque de la ré-ionisation; l’assemblage des galaxies; la naissance des étoiles et des systèmes protoplanétaires; l’étude des planètes et l’origine de la vie. De plus, l’ensemble de ces programmes devra utiliser la plus grande variété possible des techniques d’observation liées à chaque instrument, et démontrer les capacités observationnelles du JWST. Un comité d’experts dans des disciplines diverses sera chargé de la sélection de ces programmes en fonction de ces critères.

200 déclarations d’intention ont été soumises, pour un total de 3665 chercheurs (soit 18 scientifiques par équipe), provenant de 24 pays. Il est à noter qu’il y a 2379 chercheurs qui ne font partie que d’une seule équipe, dont 477 n’ont jamais demandé de temps d’observation au HST (Hubble Space Telescope). L’équipe la plus nombreuse comprend 119 scientifiques.

JWSTScienceCapabilities

Publié dans Actualités

Réunion européenne du consortium MIRI

L’équipe scientifique européenne MIRI se réunira à Heidelberg du 31 janvier au 3 février pour affiner les propositions d’utilisation du temps garanti.

Publié dans Actualités

Activités au Goddard Space Flight Center: tests de vibrations et tests acoustiques

Il fallait évaluer la résistance du télescope à son lancement à bord d’une fusée Ariane V. Pour ce faire, de nombreux tests de vibrations de l’OTIS (l’ensemble télescope (OTE) et du Module qui contient les 4 instruments (ISIM)) ont commencé le 14 janvier 2017 au Goddard Space Flight Center et les tests acoustiques ont débuté le 1er février. Pour reproduire les vibrations d’Ariane, les ingénieurs de la NASA ont construit une « table » vibrante capable de générer des secousses 5 à 100 fois par seconde. C’est la première fois que des vérifications aussi poussées sont conduites pour un satellite.

Le 28 mars 2017, la NASA a mis fin à ces tests: les résultats sont plus que satisfaisants. Le télescope a très bien supporté toutes les contraintes auxquelles il a été exposé. Il est possible de suivre les différentes étapes de la préparation du télescope, grâce à deux webcams installées dans la salle blanche du centre Goddard. Jusqu’à la mi-avril, les équipes du GSFC procèderont à quelques autres tests environnementaux et fonctionnels de tous les instruments avant d’envoyer l’OTIS au Jonhson Space Center (JSC, Houston, Texas) au début mai pour le préparer à subir une nouvelle série de tests optiques et fonctionnels qui seront conduits dans le vide et à des températures extrêmement froides. Toute l’équipe française du Centre d’Expertise MIRI (basé au CEA-Saclay) participera activement à ces derniers tests. Après cette ultime phase, le JWST sera enfin totalement assemblé en Californie avant de partir pour Kourou où il sera préparé pour son lancement prévu en octobre 2018. . Les premiers tests au JSC débuteront à la fin du mois de juin et devraient se conclure, en principe, à la fin du mois d’août. 

OTIS-2

Publié dans Actualités

Release of updated tools

Several JWST community oriented products and tools had been launched at the January 2017 AAS meeting and provided the following links to the main elements:
JDOX: https://jwst-docs.stsci.edu
ETC: https://jwst.etc.stsci.edu
ERS CfP: https://jwstdocs.stsci.edu/display/JSP/JWST+Director%27s+Discretionary+Early+Release+Science+Call+for+Proposals
JWST Help Desk: https://stsci.service-now.com/jwst

Publié dans Expertise-news

The European Week for Astrophysics and Science Science (EWASS)

EWASS2017_banner

The European Astronomical Society (EAS) will held its annual conference in Prague, Czech Republic, 26-30 June 2017. The conference is expected to welcome arond 1000 astrophysicists from all over Europe. During the conference, a Special Session will be dedicated to the JWST as part of ESA and the MIRI European Consortium efforts to ready the European Scientific community to take full advantage of its capabilities and to be able to prepare observing programs. The overall aim of this Special Session is to prepare the community to the use of all of the 4 JWST instruments and to describe the science which is already thought, since the Guarantee Time Observations (GTO) will have been made public at the time of the conference. In order to achieve the goal of this Special Session, some of these programs will be taken as representative examples for describing the observing mode that are proposed for each of them and how were used the available tools in the building of the proposal.

Due to the reduced amount of time and to the scope of this Special Session, talks will be given by invited speakers only. However, a maximum of 20 posters will be allowed. Participants should send to the organizing committee a brief summary of proposed posters (Patrice.Bouchet@cea.fr, Pierre-Ferruit@cosmos.esa.int, Pierre-Olivier.Lagage@cea.fr)

 

Publié dans Expertise-news

Early Release Science

To realize JWST’s full science potential over this timescale, the scientific community must rapidly learn to use its sophisticated capabilities. To accelerate the process of discovery by the community, and maximize the science productivity of the mission, STScI, in consultation with the JWST Advisory Committee, has developed the Director’s Discretionary Early Release Science (DD-ERS) program. DD-ERS proposals will be reviewed, selected, and publicized prior to the Cycle 1 GO deadline, and Archival Research proposals based on DD-ERS observations will be permitted beginning in Cycle 1. To enable STScI to prepare for the proposal review, Notices of Intent (NoI) to propose for the DD-ERS program were due on March 3, 2017 at 8:00 PM ET. The final ERS Proposals are due on August 18, 2017, 8:00 PM ET. Further proposals will be still received six months later. The overall goals of the DD ERS program are to ensure open access to representative datasets in support of the preparation of Cycle 2 proposals, as well as to ensure a broad cross-section of the astronomical community in familiarizing themselves with JWST data and scientific capabilities. The STScI Director will make up to 500 hours of discretionary time available for ERS, and resources are allocated to support up to 15 teams.

200 Notices of Intent to propose were received with a total of 3,665 investigators/collaborators, or an average of 18 scientists per team. There were 2,379 unique investigators/collaborators, including 477 who have never proposed for time on Hubble. The largest team is comprised of 119 investigators. Principal Investigators (PIs) and Co-Principal Investigators (CoPIs) are based in 24 countries, with representation from 34 U.S. states and 1 U.S. territory.

A broad representation of submissions in different science areas covering the four JWST science themes, has been received. Topics covered are as shown below.

Science categories for JWST Notices of Intent :

ERS-bar-chart-X3

Publié dans Expertise-news

Test réussi des miroirs du futur télescope spatial géant JWST

jwst-miroir-termine

Le miroir primaire du télescope spatial James Webb (JWST) de la NASA, composé de 18 miroirs hexagonaux est comme un puzzle géant dans la salle blanche du Centre de vol spatial Goddard de la NASA à Greenbelt, dans le Maryland. Ces miroirs, avec le reste du télescope, vont permettre de rassembler les pièces d’autres puzzles scientifiques encore à résoudre dans l’Univers. Lancement prévu en 2018.

Le forme et les déformations de ce grand miroir primaire de JWST d’une envergure de 6,5 mètres viennent d’être testées avec une précision meilleure que le nanomètre (millionième de millimètre). Le télescope JWST a été monté à la verticale après un test du « centre de courbure » effectué à Goddard. Ce test initial de courbure assure l’intégrité et la précision du miroir. Ce test sera répété à nouveau pour vérifier ces mêmes propriétés après que la structure a subi des essais dans les conditions du lancement.

jwst_otispostcocrev2

Ce miroir est la pièce centrale du JWST qui recueillera la lumière infrarouge du cosmos, qui devrait permette en particulier de voir les premières étoiles et les galaxies se former dans l’obscurité de l’univers primitif. Une sensibilité infrarouge sans précédent aidera les astronomes à comparer la forme des plus anciennes galaxies a celle des grandes galaxies spirales et elliptiques d’aujourd’hui. Le JWST percera les nuages ​​de poussière cosmiques pour voir où les étoiles et les systèmes planétaires se forment. Il aidera également à étudier les atmosphères des planètes en dehors de notre système solaire, et à rechercher des signes des éléments constitutifs de la vie ailleurs dans l’univers.

Le télescope Webb est une collaboration internationale entre la NASA, l’Agence spatiale européenne (ESA) et l’Agence spatiale canadienne (ASC). Le Service d’Astrophysique-Laboratoire AIM du CEA-Irfu (SAp) est responsable scientifique et technique de l’imageur MIRIM (pour Mid InfaRred IMager ou Imageur pour l’infrarouge Moyen), composant du spectro-imageur MIRI, un des instruments majeurs du prochain télescope spatial James Webb (JWST). le SAp assure aussi la direction scientifique du projet pour ce qui est de la contribution française, laquelle provient de 4 laboratoires : l’Irfu au CEA-Saclay, le  LESIA de l’Observatoire de Paris, l’IAS à l’Université de Paris-Sud, et le LAM à Marseille.

Crédit d’image: NASA / Chris Gunn

 

Publié dans Actualités