Déploiement Complet du Miroir Primaire

La NASA a annoncé le 6 avril 2020 que le déploiement complet du miroir primaire du JWST, dans les mêmes conditions que celles auxquelles il sera soumis dans l’espace, avait été réalisé avec succès.

Alors que le programme JWST progresse et se rapproche du décollage toujours prévu en 2021, techniciens et ingénieurs ont soigneusement vérifié une longue liste de tests finaux que l’observatoire devra subir avant d’être emballé pour être livré au Centre Spatial Français de Kourou, en Guyane française, pour le lancement. Effectuée au début de mars, cette procédure consistait à commander les systèmes internes du vaisseau spatial pour « ouvrir » et verrouiller complètement le miroir primaire emblématique du JWST (de 6,5 mètres), exactement comme cela se déroulera après son lancement en orbite. L’observatoire se trouve actuellement dans une salle blanche de Northrop Grumman Space Systems à Redondo Beach, en Californie.

La difficulté et la complexité des tests ont considérablement augmenté, maintenant que l’observatoire a été entièrement assemblé. L’équipement de compensation de gravité spéciale a été fixé au miroir primaire pour simuler l’environnement de gravité nulle dans lequel ses mécanismes devront fonctionner. Des essais comme ceux-ci aident à préserver le succès de la mission en démontrant physiquement que le véhicule spatial est capable de se déplacer et de se déployer comme prévu. Ce test, le déploiement du miroir, sera refait une fois encore, avant la livraison sur le site de lancement.

Des tests de déploiement comme ceux-ci aident à préserver le succès de la mission en démontrant physiquement que le télescope spatial James Webb est capable de se déplacer et de se déployer comme prévu.
Crédits : NASA/Chris Gunn

La sensibilité d’un télescope, ou la quantité de détails qu’il peut voir, est directement liée à la taille du miroir qui recueille la lumière des objets observés. Une plus grande surface recueille plus de lumière, tout comme un plus grand seau recueille plus d’eau sous la pluie qu’un petit. Le miroir de Webb est le plus grand du genre jamais construit par la NASA.

Pour pouvoir générer une science révolutionnaire, ce qui est quand même l’objectif de sa mission, le miroir principal du télescope devait avoir au moins 6,5 mètres de diamètre. Cette grande taille interdit de le placer dans la coiffe des fusées existantes, tout au moins dans sa forme déployée. Cela se rapproche de l’art de l’origami: le JWST est une collection de pièces mobiles conçues avec la science appliquée des matériaux, pour pouvoir être compactées jusqu’à occuper un espace considérablement plus petit que si le miroir était entièrement déployé. Cela lui permet de tenir (et encore, à peine!) à l’intérieur d’un carénage dont l’espace utile est de 5 mètres, en ne laissant que peu d’espace libre.

« Le déploiement des deux ailes du télescope alors que l’observatoire est entièrement assemblé est une étape importante, qui démontre que le télescope se déploiera correctement dans l’espace. Il s’agit d’une grande réalisation et d’une image inspirante pour toute l’équipe »

Lee Feinberg, gestionnaire des éléments du télescope optique pour Webb au Goddard Space Flight Center de la NASA à Greenbelt, au Maryland.

La nouvelle situation évolutive du coronavirus COVID-19 a des répercussions et des perturbations importantes à l’échelle mondiale. Compte tenu de ces circonstances, l’équipe Northrop Grumman du James Webb en Californie a repris le travail d’intégration et de tests avec un personnel réduit et des quarts de travail jusqu’à la mise en place de la tour déployable durant le mois d’avril 2020. Le projet a mis ensuite fin aux opérations en raison du manque de personnel de la NASA sur place pour cause du COVID-19. Le projet sera réévalué après la mi-mai et les décisions seront ajustées au fur et à mesure que la situation évoluera.

Voir le communiqué officiel de la NASA

Publié dans Actualités