Le segment Sol a été testé avec succès

Le 24 août 2020, les équipes de recherche ont franchi avec succès une étape critique visant à démontrer que le télescope spatial James Webb répondra aux commandes une fois dans l’espace.

Connu sous le nom de « Ground Segment Test », c’est la première fois que des commandes de mise sous tension et de mise à l’essai des instruments scientifiques du JWST sont envoyées à l’observatoire entièrement assemblé depuis son centre des opérations de la mission au Space Telescope Science Institute (STScI) à Baltimore, au Maryland.

Etant donné que la communication avec le JWST dans l’espace est une priorité, des tests comme ceux-ci font partie d’un processus complet conçu pour valider et s’assurer que toutes les composantes de l’observatoire fonctionneront dans l’espace avec les réseaux de communication complexes impliqués à la fois dans l’envoi des commandes et la liaison descendante des données scientifiques. Ce test a démontré avec succès le flux complet de bout en bout entre la planification de la science que le JWST effectuera et l’affichage des données scientifiques dans les archives de la communauté.

« C’était la première fois que nous faisions cela avec le matériel de vol et le système au sol. Nous avions effectué des parties de ce test au moment de l’assemblage de l’observatoire, mais il s’agit de la toute première opération de bout en bout entre l’observatoire et le segment au sol, qui a connu un franc succès. Il s’agit d’une étape importante pour le projet, et c’est une grande source de satisfaction de constater que le JWST travaillera comme prévu ».

Amanda Arvai, chef adjointe des opérations de mission à STScI au Maryland

Dans ce test, les commandes pour activer, déplacer et faire fonctionner séquentiellement chacun des quatre instruments scientifiques du JWST ont été relayées depuis le centre des opérations de la mission. Pendant le test, l’observatoire a été traité comme s’il était à un million et demi de kilomètres en orbite. Pour ce faire, l’équipe des opérations aériennes a connecté le vaisseau spatial au « Deep Space Network », un réseau international d’antennes radio géantes que la NASA utilise pour communiquer avec de nombreux vaisseaux spatiaux. Cependant, comme le JWST n’est pas encore dans l’espace, un équipement spécial a été utilisé pour émuler le lien radio réel qui existera entre l’observatoire et le réseau Deep Space lorsqu’il sera en orbite. Les commandes ont ensuite été relayées par l’intermédiaire de l’émulateur du réseau Deep Space à l’observatoire, qui se trouve actuellement dans une salle blanche de Northrop Grumman à Redondo Beach, en Californie.


À l’intérieur du Centre des opérations de mission de Webb, une opératrice d’essai sur la console du STScI de Baltimore, au Maryland, où elle surveille les progrès des tests avec un protocole de distanciation sociale en place. ( Credits: STSCI/Amanda Arvai )

Lorsque le JWST sera dans l’espace, les commandes iront depuis le STScI à Baltimore à l’un des trois emplacements du réseau Deep Space : Californie, Espagne ou Australie. Les signaux seront ensuite envoyés à l’observatoire en orbite à près d’un million et demi de kilomètres. En plus de Deep Space, le réseau satellite de suivi et de relais de données de la NASA, le réseau spatial du Nouveau-Mexique, la station Malindi de l’Agence spatiale européenne au Kenya, et le Centre européen des opérations spatiales en Allemagne contribueront également à maintenir une ligne de communication constante ouverte avec l’observatoire à tout moment.

« Ce fut aussi la première fois que nous faisions la démonstration du cycle complet d’observation avec les instruments scientifiques de l’observatoire. Ce cycle commence par la création d’un plan d’observation par le système au sol qui est relié à l’observatoire par l’équipe des opérations aériennes. Les instruments scientifiques ont ensuite effectué les observations et les données ont été transmises au centre des opérations de la mission (Mission Operations Center) de Baltimore, où la science a été réalisée et distribuée aux scientifiques »

A. Arvai

Pour effectuer ce test de segment au sol, une équipe de près de 100 personnes a travaillé ensemble pendant quatre jours consécutifs. En raison des restrictions en matière de dotation en personnel à cause de la pandémie de coronavirus (COVID-19), seulement sept personnes étaient présentes au Centre des opérations de la mission, et les autres travaillaient à distance pour surveiller régulièrement les progrès.


Maintenant que l’observatoire a été entièrement assemblé, les équipes du JWST exécutent des tests complets pour s’assurer qu’il est fin prêt pour le décollage. Ainsi, des tests acoustiques et sinusoïdaux qui démontreront que le télescope assemblé est capable de survivre aux rigueurs du lancement en l’exposant à des conditions similaires, seront faits prochainement. ( Credits: NASA/Chris Gunn )

Pour lire le communiqué de presse de la NASA

Publié dans Actualités