Malgré la Covid-19, les tests continuent à Redondo Beach

L’évolution de la situation liée à la COVID-19 entraîne des répercussions et des perturbations importantes à l’échelle mondiale. À la suite des procédures de sécurité personnelle renforcées mises en œuvre en mars en raison de la COVID-19, l’équipe de Northrop Grumman du JWST en Californie a poursuivi en juillet et août 2020 les travaux d’intégration et d’essai dans la salle blanche avec un personnel et des quarts de travail considérablement réduits sur place. À partir de la fin de mai, l’équipe a repris ses activités de salle blanche presque à plein temps. L’équipe évalue actuellement les répercussions sur la date de lancement fixée maintenant au 31 octobre 2021.  

En effet, maintenant que le JWST est assemblé dans sa forme finale, les équipes en charge des essais peuvent procéder à une analyse critique, aussi bien au point de vue du logiciel que de l’électronique, sur l’ensemble de l’observatoire, considéré comme un seul véhicule entièrement connecté.

Connu sous le nom de Comprehensive Systems Test ou CST, il s’agit de la première évaluation complète des systèmes jamais réalisée sur l’observatoire assemblé, et l’une des activités finales que l’équipe effectuera pour la première fois. Des évaluations de performance similaires ont été effectuées dans l’histoire du JWST, utilisant des simulations et des substituts pour inférer des données sur des morceaux de l’engin spatial qui n’avaient pas encore été assemblés. Maintenant que l’observatoire est entièrement construit, les simulations et les simulateurs ne sont plus nécessaires, et les ingénieurs peuvent évaluer en toute confiance ses performances logicielles et électroniques.


À la suite de l’assemblage complet du JWST, des équipes d’essais ont effectué une évaluation complète des systèmes qui leur a permis d’évaluer en toute confiance les performances logicielles et électroniques de l’observatoire en tant que véhicule entièrement connecté (Crédits : NASA/Chris Gunn).

L’importance des tests ne peut être sous-estimée dans le développement de logiciels. Chaque unité de code doit être testée au fur et à mesure qu’elle est écrite, puis testée de nouveau au fur et à mesure qu’elle est combinée en composantes logicielles de plus en plus grandes. Les tests doivent être relancés chaque fois qu’un bug est corrigé, ou qu’une fonctionnalité est ajoutée, pour vérifier que le code modifié ne propage pas des comportements inattendus et indésirables dans le système. Pour effectuer le test, le personnel a été affecté 24 heures sur 24, pendant 15 jours consécutifs, et environ 1070 scripts ou séquences d’instructions ont été écris, et près de 1370 étapes de procédure ont été exécutées.

La dernière série de tests déterminera si le JWST est prêt pour le lancement. Le CST qui vient d’être terminé (août 2020) établit une base de référence pour le rendement fonctionnel électronique. Dans quelques mois, après que l’observatoire aura terminé sa prochaine et dernière série de tests acoustiques et de vibrations qui simuleront les rigueurs du lancement, l’équipe effectuera une autre analyse complète du système. Ces tests devraient avoir lieu en octobre 2020. Les ingénieurs compareront ensuite les résultats « avant et après » : ceux-ci devraient être les mêmes, indiquant que l’ensemble de l’engin spatial résistera aux rigueurs du lancement et fonctionnera comme prévu dans l’espace.


Des tests de systèmes complets comme celui effectué récemment aident à assurer le succès des missions en vérifiant que l’électronique et le logiciel du JWST fonctionnent tous à l’unisson (Crédits : Northrop Grumman)

« Je n’ai jamais vu autant d’efforts et de collaboration inter-services mis en œuvre pour réunir autant d’équipes et de personnes dans autant de domaines différents, afin de réaliser un objectif commun avec autant de succès. Nous sommes très fiers, et nous nous sentons personnellement récompensés par ce que nous avons pu accomplir au cours de la dernière année pour assembler le JWST dans sa forme finale. Avec l’achèvement de cette dernière évaluation des systèmes, nous pouvons avancer en toute confiance sachant que l’assemblage était un succès. »

Randy Pollema, responsable principale de l’intégration électronique et des tests à Northrop Grumman à Redondo Beach (Californie).
Publié dans Actualités