MIRIM France

Les 5 entités suivantes forment le consortium français :

  • En tant que principal contributeur financier et en tant que signataire de l’accord MIRI avec l’ESA, le CNES contrôle et adapte les ressources humaines et le budget français en fonction de l’avancement des développements et des plannings au niveau du JWST, de MIRI et de MIRIM. En cas de difficultés techniques, le CNES peut fournir une expertise sur des sujets spécifiques par l’engagement d’experts internes du CNES,
  • Le CEA/SAp (CEA Saclay) est le maître d’œuvre de MIRIM-OB. Le chef de projet français est le coordinateur technique des activités de développement des équipements spatiaux, dirigeant les laboratoires français et étrangers impliqués dans l’instrument MIRIM,
  • L’OBSPM-LESIA (Observatoire de Meudon) développe et fournit le sous-système coronographique incluant le cadre de l’interface de montage sur le plan focal,
  • L’IAS (Institut d’Astrophysique Spatiale) définit le simulateur du Télescope Optique et les opérations de calibration,
  • Le LAM (Laboratoire d’Astronomie de Marseille) réalise les tests mécaniques des différents sous-systèmes des divers modèles développés.

En plus des contributions françaises directes, le banc optique de l’Imageur MIRI s’interface avec d’autres équipements internes développés par des laboratoires étrangers :

  • Le cryo-mécanisme de la roue porte-filtres (MPIA Heidelberg, Allemagne),
  • Les miroirs et prismes optiques (CSL, Belgique),
  • Les filtres (Observatoire de Stockholm, Suède),

et des équipements externes :

  • Le module détecteur, incluant le système de refroidissement (JPL, USA).
Publié dans Organisation